Generic selectors
Correspondance exacte seulement
Chercher dans les titres
Chercher dans les contenus
Post Type Selectors
Filtrer par catégories
Actualités TGG
Alimentation
Habitat
Hygiène et bien-être
Loisir
Mobilité
Mode éthique
Numérique
Pourquoi et comment se passer des soldes ?

Pourquoi et comment se passer des soldes ?

 

Les traditionnels soldes d’été ont débuté la semaine dernière dans toute la France. Un mois attendu par beaucoup de citoyennes désireuxses de refaire leur garde-robe pour la belle saison. Pourtant, en Europe, ce sont près de 4 millions de tonnes de textiles dont on se débarrasse chaque année¹. Une balance qui soulève donc la question suivante : a-t-on réellement besoin de faire les soldes d’été cette année ? Nous allons décrypter l’impact des industries textiles et cosmétiques, et vous donner quelques conseils pour répondre à cette interrogation !

 

☝️  L’industrie textile et cosmétique en quelques chiffres

 

L’impact de nos vêtements

Avec plus de 100 milliards de vêtements vendus aux quatre coins du globe², l’industrie textile (vêtements et chaussures) fait partie des plus polluantes au monde. On estime ainsi que ses émissions s’élèvent à 4 milliards d’équivalent CO₂ par an². Des chiffres criants qui s’expliquent par une fabrication délocalisée dans plusieurs lieux pour un seul et même vêtement. Un jean, par exemple, parcourt jusqu’à 65 000 km avant d’arriver dans notre penderie³.

Et la pollution ne s’arrête pas ici : elle continue même à domicile. En effet, l’industrie textile exploite des ressources épuisables pour produire les fibres synthétiques des vêtements, comme le polyester ou l’acrylique. À chaque lavage en machine, ces fibres synthétiques libèrent des microplastiques qui terminent dans les océans. Chaque année, ce sont donc 240 000 tonnes de particules plastiques relâchées, soit l’équivalent de 24 milliards de bouteilles en plastique¹. Par ailleurs, 20 % des eaux dans le monde seraient polluées par les teintures textiles, ce qui entraîne une catastrophe sanitaire pour les populations locales¹.

En parlant d’eau, il en faut une grande quantité pour concevoir nos vêtements : on parle de 2 700 L (70 douches) pour un T-shirt en coton et plus de 7 000 L (285 douches) pour un jean².

Une industrie extrêmement polluante qui laisse un goût amer, surtout quand on sait que le gâchis mondial engendré par la fast fashion (ou mode éphémère) est estimé à 4 millions de tonnes de textiles par an¹. Un chiffre expliqué par les nouvelles collections qui affluent tous les mois à des prix dérisoires… mais également aux soldes qui créent de nouveaux besoins chez les consommateurstrices.

 

L’impact de nos cosmétiques

L’industrie cosmétique, c’est-à-dire du maquillage, des savons, des shampooings ou encore du parfum, est responsable de 0,5 à 1,5 % des émissions de gaz à effet de serre planétaires⁴. Il faut dire que de nombreuses usines utilisent encore des procédés chimiques comme la pétrochimie (fabrication des huiles minérales) ou l’éthoxylation (obtention d’agents moussants). En plus d’être nocifs pour la santé, ils le deviennent aussi pour les milieux naturels et les organismes vivants. En effet, des particules nocives sont libérées dans l’eau et l’air après l’utilisation des cosmétiques. C’est par exemple le cas des micro-billes de plastique, présentes notamment dans les gommages, qui mettent des centaines d’années à se dégrader. Un fléau pour la faune et la flore !

Cette industrie utilise également beaucoup d’emballages pour protéger ses produits. D’abord avec un packaging primaire qui entoure l’article, puis avec un packaging secondaire, comme un étui ou une protection plastique. Ces emballages viennent alourdir le bilan annuel des déchets municipaux jetés par habitante. Celui-ci s’élève aujourd’hui à 529 kg⁵.

 

🤔 Avez-vous réellement besoin d’acheter cet article ?

 

Lorsque l’on entre dans une boutique, notre regard se pose généralement sur une pièce que l’on trouve à notre goût. On se projette avec, on commence à imaginer des ensembles… et on finit par la considérer comme indispensable. Mais l’est-elle vraiment ? Pour savoir si un achat est pertinent ou compulsif, il existe une méthode imparable : la méthode BISOU. Introduit par Marie Duboin Lefèvre et Herveline Verbeken⁶, ce moyen mnémotechnique vous rappelle les 5 questions à vous poser avant de réaliser un achat.

Besoin

Cet achat répond-il à un besoin psychologique, c’est-à-dire à une volonté d’adopter la mode actuelle, d’améliorer son estime de soi ou d’avoir de la reconnaissance ? Ou s’agit-il réellement d’une nécessité ?

Immédiat

En attendant quelques jours, aurez-vous encore envie de ce produit ou est-ce la promotion qui crée un sentiment d’urgence ?

Semblable

Avez-vous un objet similaire chez vous répondant au même besoin ?

Origine

Quelle est l’origine de cet article ? Est-il local ou vient-il de l’autre bout du monde ? Dans quelles conditions humaines a-t-il été produit ? Est-il conçu avec des matériaux écologiques, biodégradables ou recyclables ?

Utile

Allez-vous utiliser régulièrement ce produit ou pouvez-vous vous en passer ?

Ces questions vous aideront à vérifier que l’article convoité répond bien à vos besoins et donc d’acheter en toute conscience.

💪 Nos conseils pour acheter moins et mieux

 

Si vous avez réellement besoin d’ajouter des pièces à votre garde-robe, de changer votre routine de soin ou de décorer votre logement, nous avons quelques conseils à vous donner pour vous faire plaisir tout en adoptant une consommation réfléchie.  

Faire le tri dans ses affaires

La toute première étape à opérer se passe dans vos placards. Si vous souhaitez les remplir, assurez-vous qu’aucun produit ne les encombre inutilement. Les vêtements et chaussures que vous ne portez plus peuvent être vendus sur des sites de revente, des vide-dressings ou encore des friperies. Vous pouvez également les déposer dans des bornes de collecte dédiées ou les donner à des associations, comme Emmaüs, pour leur offrir une seconde vie auprès de personnes dans le besoin. Vos objets trouveront davantage leur place en vide-greniers, en Ressourceries ou sur Geev, tandis que vos produits d’hygiène neufs feront peut-être le bonheur de votre entourage. Nous vous donnons toutes nos astuces de tri dans notre article “Ménage de printemps : trier ses affaires”.

Privilégier la seconde main

Vous avez identifié un produit dont vous avez besoin ? Peut-être pouvez-vous le trouver d’occasion ! Ce réflexe, adopté par 74 % des acheteurs⁷, évite l’utilisation de nouvelles ressources pour fabriquer un objet neuf. D’ailleurs, nombreuses sont les personnes qui cherchent à se débarrasser d’articles encore fonctionnels qu’ils n’utilisent pas ou plus. Fouillez sur les sites de revente comme Vinted ou Leboncoin, vous trouverez peut-être la perle rare pour équiper votre logement ou votre garde-robe, le tout à prix réduit !

Se tourner vers des marques éco-engagées et l’artisanat

Si vous n’avez pas trouvé votre bonheur en seconde main, alors il faut envisager le neuf. Dans la mesure du possible, privilégiez les artisans de votre commune, comme celles et ceux que nous avons recensé•e•s sur notre Greener Map : savonneries artisanales, ateliers textiles, créateursrices de décoration… Le savoir-faire traditionnel est partout autour de vous. En plus de soutenir l’artisanat local et de participer à l’économie circulaire, vous repartirez avec des pièces uniques !

Regardez aussi du côté de marques éco-engagées de votre région. Celles-ci font très attention aux ingrédients et aux matières qui composent leurs produits. Elles privilégient ainsi des fibres naturelles pour les vêtements, des matériaux biosourcés pour la décoration, et des ingrédients naturels et issus de l’agriculture biologique pour les cosmétiques. Pour témoigner de leurs engagements, certaines structures présentent des labels reconnus, comme Cosmos Natural, Cosmos Organic, Ecolabel ou encore Demeter. Notre guide pour Consommer Responsable à Lyon et ses environs vous dévoilera les notions d’écoresponsabilité d’un produit, ainsi que les marques engagées de la Métropole de Lyon.

 

Vous avez maintenant toutes les clés pour faire des achats réfléchis et responsables, pendant ou hors soldes !

 

Sources : 

¹ La mode sans dessus-dessous | ADEME

² Revers de mon look | La librairie ADEME – 2022

³ Carnet de vie d’un jean.pdf | Refashion – 2014

Rapport sur la Transition Écologique de la filière parfums et cosmétiques | Économie Gouvernement – 2022

Synthèse Déchets Ménagers et Assimilés | ADEME – 2019

⁶ “J’arrête de surconsommer : 21 jours pour sauver la planète et mon compte en banque !” | Marie Lefèvre et Herveline Verbeken – 2017

L’e-commerce, un rôle clé dans le seconde main | KPMG France & la Fevad – 2022

 

Pour aller plus loin : 

Guide pour Consommer Responsable à Lyon et ses environs | The Greener Good 

Baromètre Greenflex – ADEME de la consommation responsable | ADEME – 2023

Labels Environnementaux | ADEME

Analyse de Cycle de Vie (ACV) : tout savoir en 2023 | Greenly

Partager

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

19 − 16 =

MENU