Generic selectors
Correspondance exacte seulement
Chercher dans les titres
Chercher dans les contenus
Post Type Selectors
Filtrer par catégories
Actualités TGG
Alimentation
Habitat
Hygiène et bien-être
Loisir
Mobilité
Mode éthique
Numérique
Passer des vacances sportives : opter pour le bikepacking

Passer des vacances sportives : opter pour le bikepacking

 

Le voyage à vélo est de plus en plus populaire en France, et nous ne pouvons que vous conseiller d’essayer. Au-delà des avantages écologiques, économiques, et sur la santé, ce type de voyage rentre dans une démarche de voyage “lent”, plus responsable, permettant de profiter de paysages magnifiques sans aller à l’autre bout du monde. Néanmoins, il peut être difficile de se lancer, alors nous vous présentons ici ses avantages, et quelques conseils pour bien préparer son voyage !

 

Les avantages du bikepacking

 

🌱 Le voyage à vélo a tout d’abord l’avantage d‘être écologique. En effet, l’industrie touristique représente 8% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (1) (GES), et le transport en est en grande partie responsable. En France par exemple, 11% des émissions de GES peuvent être liées au tourisme, et 3/4 de ces 11% sont liés au transport (2). Le voyage à vélo élimine donc les émissions de GES liées au trajet (sauf dans les cas de train-vélo mais l’impact est moindre que l’avion ou la voiture), ainsi que les potentiels trajets en voiture sur place.  En effet, pour un voyage de 500 km, le vélo aura une empreinte carbone de 2,5kg de CO2 (fabrication du vélo inclue), et de 109 kg en voiture. 

💰 Ensuite, il est avantageux économiquement. Les principales dépenses seront faites pour l’achat du matériel, mais lors de vos vacances, vous n’aurez pas les coûts de carburant, péages ou encore stationnement engendré par les  vacances en voiture. 

💪 Troisièmement, le voyage à vélo est bon pour la forme, alors à vos pédales !

 

Se lancer dans le bikepacking 

 

Quelques conseils de base 

 

Tout d’abord, il faut savoir que vous n’avez pas besoin d’être sportif.ve olympique pour partir pour un voyage à vélo, mais certains inconforts peuvent venir gêner ce moment. Voici quelques conseils pour que votre voyage soit le plus confortable possible.

  • 🚴 L’équipement : il est important de partir avec un vélo que l’on connaît, et surtout sur une selle qu’on a essayée. Même si votre équipement est récent, vous gagnerez à faire une sortie d’au moins 30 kilomètres pour tester votre matériel et être sûr.e de ne pas souffrir dès le premier jour de votre voyage. Lors de l’achat de votre matériel, je vous conseille d’investir dans un bon cuissard, sans quoi vous risquez de rapidement ressentir un inconfort. Petite mention pour la marque lyonnaise Wilma qui intègre dans tous ses cuissards des pads menstruels avec 7h d’autonomie pendant les règles. 
  • ⚡️ L’anticipation des imprévus : avant de partir, passez chez un vélociste pour faire réviser votre vélo, pour ne pas avoir de mauvaise surprise ! Il semble assez essentiel en outre d’apprendre les bases de la mécanique, comme le changement d’une chambre à air. Il faudra donc emporter un kit de réparation vélo. Comme les imprévus ne sont pas réservés au vélo, pensez aussi à partir avec un kit d’urgence (comprenant un désinfectant, du froid pour les douleurs, des pansements et autres), que vous pouvez acheter en pharmacie.
  • 🥕 L’alimentation : plusieurs options s’offrent à vous pour les repas. Vous pouvez acheter de quoi faire des pique-niques, ou aller dans des boulangeries ou des restaurants. Pour ces deux dernières options, il faudra prendre en compte l’endroit où vous envisagez d’être à l’heure du repas lors de la préparation de votre itinéraire, pour ne pas vous retrouver isolé à plusieurs heures d’un village à midi. Si vous optez pour des vacances en camping, il faudra prendre en compte le réchaud, et les quelques ustensiles de cuisine dans le poids des sacoches. Aussi, les plats lyophilisés sont légers, nutritifs, et permettent de ne pas être dépendants des achats et points de passage, par exemple, la marque Lyophilisé&co a des packs tout compris pour plusieurs jours. Pour l’eau, vous trouverez aisément des fontaines dans les villages. Si jamais, les cimetières ont toujours une fontaine à eau potable ! Enfin, il est conseillé de toujours avoir des snacks sur vous (sucré, salé ; des barres de céréales, des gâteaux, des œufs durs….) pour éviter avant tout la fringale du cycliste, qui vous couchera si vous êtes en manque de sucre. 

 

Se préparer au bikepacking, les questions à se poser :

 

Avant de se lancer, il faudra préciser votre envie de voyage, dans le but de partir bien préparé.e.

  • 📍 Où veut-on partir ? Le choix de l’itinéraire va avoir une incidence sur le choix du vélo, et sur le choix de l’hébergement. Si c’est l’un de vos premiers voyages, les véloroutes seront le choix idéal (la France en possède de très belles que nous vous listons plus loin). Les traces GPX sont faciles à récupérer sur internet, elles sont bien indiquées, les voies sont plates et sont souvent sur des itinéraires uniquement en voie cyclable et pas sur la route. Si vous choisissez ce type d’itinéraire,  vous pouvez choisir un vélo tout chemin (VTC), ou un vélo type Gravel qui ont des roues plus larges et adaptées aux chemins caillouteux souvent présents sur ces itinéraires, mais qui sont plus coûteux.
  • 🗓️ Quand veut-on partir ? Il faudra aussi savoir à quelle période de l’année vous souhaitez faire votre voyage. Si vous envisagez de voyager pendant une période froide, il faudra évidemment bien vous équiper, surtout au niveau des pieds et des mains qui seront les plus exposés aux intempéries. En toute saison, il faudra prévoir des équipements de pluie, et  surtout un coupe-vent.
  • 🏕️ Privilégier le confort ou la légèreté ? La saison influencera aussi votre choix de logement, mais celui-ci sera également indépendant de votre envie de confort. Pour le voyage à vélo, vous avez plusieurs options:
    • Le camping : accessibles généralement d’avril à octobre, les campings permettent d’avoir accès aux commodités pour un prix raisonnable. Ils sont généralement assez sécurisés, et vous pouvez garder votre vélo à côté de votre tente, et même l’accrocher avec un petit cadenas à un poteau ou à la tente. À savoir : les campings municipaux sont bon marché et acceptent les réservations à la nuit, ce qui n’est pas forcément le cas des autres campings. Vous pouvez vous renseigner en mairie car ils n’ont pas nécessairement de site internet.
    • Les gîtes : c’est un bon moyen d’économiser de la place dans ses sacoches. Si vous décidez de partir à une période où il fait plus froid, ce sera aussi plus confortable. Vous pouvez chercher sur votre itinéraire les gîtes labellisés “accueil vélo”, qui vous garantissent entre autres un abri fermé, un kit de réparation et une machine à laver. Il vaut cependant le coup de regarder aussi les logements non labellisés car ils peuvent tout à fait rassembler tous les critères et ne pas avoir le label.
    • Warmshower, Homecamper : ces deux sites collaboratifs vous permettent d’être mis en contact avec des particuliers. Warmshower est un site spécialement conçu pour les cyclistes, et leur permet d’être accueillis pour la soirée et la nuit. Homecamper quant à lui indique des personnes acceptant des tentes dans leur jardin, ce qui permet de camper et d’accéder aux sanitaires pour 7 à15 euros par nuit.
    • Autres hébergements : vous pouvez aussi trouver des hébergements classiques, des hôtels, des locations d’appartement, des chambres d’hôte etc, qui auront les mêmes avantages que les gîtes. Évidemment, ces options sont plus coûteuses que le camping.

Équipements, nourriture, hébergements : être le plus écolo possible

 

Le principe du voyage à vélo est ancré dans une démarche écologique, le“slow-tourisme”, qui est un tourisme plus respectueux de l’environnement. Il est cependant tout à fait possible de mettre en place d’autres actions pour que votre voyage soit le moins impactant possible. 

En matière d’équipement, il est possible d’acheter le vélo et le reste d’occasion (le site Campsider permet de vendre et d’acheter des articles de sport d’occasion). Pour le vélo, vous pouvez vous tourner vers des vélocistes ayant des vélos d’occasion ou encore des bourses aux vélos : ça vous permettra de voir les vélos, et ils auront souvent été révisés avant la vente. 

Concernant les hébergements, parmi ceux cités ci-dessus, le camping et les sites collaboratifs seront les plus écologiques. 

Enfin, tout comme dans la vie de tous les jours, vous pouvez réduire l’impact de votre consommation de nourriture en consommant des produits locaux et de saison, et en achetant vos produits en vrac ! Nous vous invitons pour plus de détails à lire les “Clés pour passer à l’action”.

Bikepacking, quelques idées d’itinéraires pour commencer

 

Comment faire son itinéraire de vacances soi-même ?

 

L’une des premières sources de questionnement est généralement l’itinéraire. En effet, comment savoir où aller, si le chemin va être adapté à notre vélo, combien de temps nous allons mettre, ou encore risque-t-on de se perdre ? Premièrement, vous pouvez utiliser Komoot, une application vous permettant de créer des itinéraires selon le type de balade que vous voulez faire. Le site propose des points de passage, et est très facile d’utilisation. Il vous indique également un temps moyen (vous pourrez après plusieurs utilisations savoir comment vous positionner par rapport au temps indiqué). Si vous voulez être sûr de ne pas passer sur des voies non praticables, vous pouvez repasser sur votre itinéraire avec googleview en paysage réel. Vous trouverez une page explicative des différents aménagements cyclables sur le site de France vélo tourisme pour mieux vous y retrouver (3).

 

Train et vélo

Partir en vélo directement de chez vous est très pratique, mais limite évidemment les possibilités. Pour pallier cela en respectant son impact carbone, le meilleur moyen reste le train. 

Selon le type de train, vous pourrez plus ou moins aisément voyager avec votre vélo. Dans un TGV, il vous faudra réserver une place pour votre vélo (sauf s’il est démonté et dans une housse). Dans les TER de la région Auvergne Rhône-Alpes, vous pouvez voyager librement et gratuitement avec votre vélo, cependant, les règles changent selon les régions. Vous pouvez vous renseigner sur le site de la SNCF à ce sujet (4).

Les vélos routes

Comme nous l’avons précisé précédemment, de nombreuses véloroutes existent en France, et sont en grande partie des pistes cyclables sans automobiles. Vous trouverez des paysages magnifiques sur tous les itinéraires, et les sites web permettent de faire son parcours, trouver des hébergements, et récupérer les traces GPX. Voici une liste non exhaustive : 

  • Via-Rhôna : allant du lac Léman à la Méditerranée, cette véloroute passe dans Lyon !
  • Dolce Via : en Ardèche, vous pouvez facilement la rejoindre en allant en train à Valence.
  • Vélodyssée : tout le long de l’océan Atlantique, de la Bretagne à la côte Basque !
  • Véloscénie : reliant Paris au Mont-Saint-Michel, recommandée par un membre de notre équipe !
  • La Loire à vélo : idéal si vous voulez voir les châteaux !

Vous trouverez sur le site France Vélo Tourisme des idées d’itinéraires qui ne sont pas des véloroutes mais qui sont très pratiqués et agréables, comme les différents canaux (canal de la Garonne, Canal de Nantes à Brest, etc.). Le site web AF3V recense aussi les différentes routes cyclables en France. 

 

Que vous soyez grand sportif ou non, le voyage à vélo peut s’accorder à vos envies ! Les nombreuses ressources disponibles gratuitement en ligne vous faciliteront la tâche pour organiser au mieux votre voyage et partir sereinement. 

 

Sources : 
Partager

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

un × 5 =

MENU